Cette interview a certes trois ans, mais malheureusement reste d’actualité dans la tête de beaucoup de personnes. A croire que la profession d’Assistante Maternelle Agréée est toujours aussi mal vue, mal perçue, que nous coûtons trop cher et payée à « rien faire », « à jouer à la maison », « que nous avons de la chance d’être chez nous pendant que d’autres partent travailler », que « nous ne nous occupons pas toujours des enfants et que ce n’est pas très sûr chez nous ».

Ce sont toujours ces mêmes remarques désobligeantes et blessantes que nous pouvons lire et entendre régulièrement, même auprès des médias. Voici une interview type, certes qui date de trois ans, mais qui est malheureusement toujours d’actualité.

Voici ce que j’ai publié:

« je trouve inadmissible qu’une auxiliaire de puériculture dénigre notre profession ainsi ! d’où nous ne sommes pas qualifiées ? certes nous n’avons pas le BAC +2/+3 de Madame ! mais nous sommes de plus en plus nombreuses à vouloir être formée correctement et avec diplôme ! un vrai diplôme et non une sorte de CAP Petite Enfance qui ne concerne que l’accueil en collectivité. Notre profession qui existe depuis la nuit des temps touche l’accueil FAMILIAL, qui est tout à fait différent. Notre accueil est plus individuel, plus personnalisé contrairement aux crèches ! Vous vous plaignez d’être en surnombre d’enfants et en manque de personnel ! travaillons ensemble au lieu de casser du sucre dans le dos d’une autre profession ! Nous sommes reconnues officiellement sur papier puisque nous avons une convention collective, mais dans la tête des gens c’est encore flou ! Nous ne sommes pas encadrées ? si par vos supérieures, les Puéricultrices ! nous ne sommes pas à l’abris de contrôles surprises, parfois très draconiens et à la limite non respectueux du référentiel national. Vous sous entendez que chez les assistantes maternelles la sécurité est moindre : pas plus qu’en crèche ! les accidents inévitables sont partout !  la maltraitante existe aussi dans les collectivités ! et prétexter à l’antenne que nous sommes plus cher pour que les parents fassent la demande de place en crèche est franchement d’une bassesse : nous ne touchons pas de subventions de la ville qui font que le prix de l’heure en crèche soit plus attractif ! qui veut travailler pour 3€-4€ net de l’heure ? faire de larges amplitudes, accueillir des enfants malades? être soumis à la précarité de l’emploi ? Si nous nous accrochons à notre profession, c’est par amour de notre métier et de voir des enfants découvrir la vie à leur rythme et de les voir s’épanouir, sans stress… sans conditionnement. »

De plus les discours des politiques ne vont pas dans notre sens : ils veulent remanier la Petite Enfance. Mme Bertinotti prône les crèches et la collectivité, elle ne nous mentionne jamais sauf pour nous rabaisser et nous soumettre à des projets insensés… à croire qu’elle souhaite nous cloisonner, voir plus si nous ne nous soumettons pas ?

Une pétition à l’encontre de ses projets est sortie depuis hier, en provenance de Pour l’avenir de notre métier asmat* sur Facebook :

http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2014N46036

 

* http://pourlavenirdenotremetierasmat.blogspot.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.