Vendredi dernier, j’étais convoquée dans un Lycée professionnel à Trappes. C’est la suite logique de mon envoi de dossier en Avril : un oral de 30 minutes pour le soutenir.

Je suis convoquée pour 10h30, il faut être présent au moins 3/4 d’heure avant. Sachant que sur le trajet pour y aller, c’est l’heure de pointe et qu’il y a toujours des travaux depuis des mois, le matin j’ai déposé mes deux filles à l’école, puis je suis partie tranquillement.

Presque arrivée dans le quartier du lycée, je m’arrête à hauteur d’une lycéenne (écouteurs dans les oreilles et grande besace pour les cours) 🙂 pour lui demander mon chemin. Elle me répond qu’elle y va, qu’elle est en retard. Je lui propose qu’en guise de co-pilote, je veux bien l’emmener si elle le souhaite ! 😉

Nous voilà arrivées !

Je me présente à l’accueil (sympa) et me dirige vers la salle pour présenter sa convocation (accueil sympathique aussi). Je leur demande si quelqu’un peut me préparer une attestation de présence ou me mettre un cachet sur ma convocation. Je ne suis pas en balade touristique aux frais de mes employeurs, autant faire les choses dans les normes 😉 🙂

J’attends dans une autre pièce et comme je suis très en avance, on me propose de passer plus tôt si je le souhaite, car apparemment la personne me précédant n’a pas l’air d’être présente… Pourquoi pas ? Je me pose à peine cinq minutes, qu’on m’appelle déjà.

« Je pars au front » dis-je à la personne sympathique qui m’a reçue. « Bon courage » me répondit-elle en me laissant aux personnes du jury.

C’est bien au front que je vais… un terrain miné… allez je vous raconte ! Et je ne vais pas me priver de petits apartés, histoire de…

Deux femmes en face de moi, la cinquantaine je dirais. L’oral va se passer ainsi : 10 minutes sur le dossier, 20 minutes de questions. Peu après le début, une doit aller chercher quelque chose (euh, c’est normal ? j’ai jamais vu cela !). Je me suis demandée lors de ma présentation, si elles avaient lu le dossier. Car « Madame Tatillon » (je vais l’appeler ainsi, car elle le vaut bien) s’est interrogée si j’étais un candidat libre… (hum, vue l’âge physique que j’ai, à savoir pas l’allure d’une minette et avec un langage élaboré… je pense)

« Je suis assistante maternelle depuis presque huit ans, comme je l’ai mentionnée dans mon dossier.

– Vous exercez déjà ?

– Bien sûr ! je suis agréée et renouvelée depuis un moment. (ça pose problème ? avais-je en tête) »

Tout en continuant rapidement de me présenter et de préciser le pourquoi je passais le CAP, j’ai eu confirmation de ce que je pressentais : Mme Tatillon est pro structure ! Elle me l’a confirmée indirectement, j’ai évoqué que je préférais me garder des cordes à mon arc, ne sachant pas ce que demain sera fait et s’il  y aura toujours de la demande pour l’accueil familial ou si, pour quelques raisons politiques que ce soient, quelqu’un décidera de parquer les ass’mats dans des structures.

« Oui, tout à fait ! on ne sait jamais ! » rétorqua Mme Tatillon. (oh punaise ! ça va être tendu si elle commence ainsi)

Elle m’a questionné sur mon activité de la poule, et à la limite du reproche me remarquait le côté imposé des couleurs. Je réponds, au taquet, qu’il s’agit d’une poule noire et blanche, donc je n’allais pas la faire peindre en orange et violet ! (elle m’agace)

Tout le long de l’entretien, j’ai le sentiment que ce que je présente n’est pas suffisant, que je n’apporte pas les bons termes, alors que je sors tous les synonymes possibles. Des questions simples mais auxquelles je ne m’attendais pas vraiment. Lorsqu’on a eu l’habitude jadis de se faire « écorcher » vif lors d’examens plus poussés, on peut vite passer à côté de réponses évidentes et simples.

Peut-être que je ne passe qu’un CAP, mais je n’ai jamais eu de comportement si désagréable devant moi. Peut-être que je me trompe, peut-être qu’elle veut voir ce que j’ai dans le ventre… hum, mon instinct me dit que non… Mais je ne me suis pas laissée faire et démontée si facilement.

Lorsqu’on a abordé  la « transmission », que j’ai appelé « communication avec autrui/rapport » (oh la la, j’ai pas dit le mot magique !!! mais achète toi un dico des synonymes !), elle m’a soutenu que le cahier de liaison était obligatoire. (je précise qu’elle m’avait indiqué « avec mes accueils » et non dans le cadre d’une structure) J’ai rétorqué qu’il était certes obligatoire dans les structures, car il faut faire des rapports, mais que dans mon cas de figure, il était préconisé dans le monde familial et que j’allais vérifié en étant très sûre de moi. Je n’allais pas passé mon temps à écrire pendant que je m’occupe de 4 enfants. Et le soir, un mail/sms de rappel peuvent être envoyés si besoin. Dans le cas d’enfant malade, je tiens toujours les parents informés pendant la journée.

Franchement, je souhaitais que l’entretien se termine vite, car au final, on a peu abordé mon rapport.

J’ai eu droit à une question sur les symptômes de l’allergie. Assez facile. Comme au préalable j’avais précisé que nous côtoyons la nature, les animaux et des chats, j’ai eu pour réflexion que les chats pouvaient déclencher des allergies. (la bêtise humaine aussi ! )

J’ai répondu, que c’était possible mais pas plus qu’un chien ou une plante. Mais que je prévenais mes employeurs ou futurs employeurs de mon univers « campagne et nature », que je m’inquiétais si la future maman était immunisée contre la toxoplasmose.. Je n’ai jamais eu de contre indications ni d’aprioris concernant les animaux.

Bref, pour finir, je ne sais pas quoi penser de ces 30 minutes. C’est quitte ou double. Il me faudrait 5/20 pour avoir tranquillement la moyenne au CAP, mais j’aspire tout de même à une note plus honorable.

Au fond de moi, je suis sortie « déçue ». Non pas, par rapport à mon rapport sur lequel j’ai pris tout de même plaisir à écrire, mais par le déroulé de « l’interrogatoire ». J’y ai senti une once de « mépris » sur l’accueil familial que je défends. Je n’ai peut-être pas assez pensé structure/ collectivité, c’est possible je ne dis pas le contraire. Cependant, les mises en situations pour obtenir des réponses et de la réflexion auraient été les bienvenues ; et plus intéressantes.

J’en tire la conclusion que j’ai eu devant moi, deux personnes qui ne doivent plus vraiment être passionnées par leur travail, que je ne m’imagine pas innover durant leurs cours. Je plains les élèves qui doivent être formater et briefer pour du collectif. Oui, le collectif représente la majorité des débouchés, mais pas uniquement. Il y a d’autres formes d’accueil et de travail possible. Tout comme il y a d’autres formes d’éducation et d’apprentissage possible, autre que la stricte et standardisée.

On verra bien pour le résultat. Prochaine étape l’écrit et une copie qui sera bien plus aimable 🙂 Et puis après, l’éclate totale avec mes Coccilous, la « liberté » des découvertes et… reprendre à fond Montessori ! 😉

 

 

6 thoughts on “EP2, épreuve de CAP Petite Enfance (part.1)

  1. Et bien que dire Bibinou.. Que tu as fait un très bon dossier, que tu connaissais ton sujet sur les doigts de la main..
    Mais ses 2 personnes ne sont pas très sympathiques pour toi qui passe en 1ere..
    Je l’ai passé il y a quelques années maintenant.. et je me souvient que sur les 2 personnes face a moi c’était comme dans les films.. la gentille et la méchante.. Bon dans mon cas la gentille n’avait posé qu’une seule question et regardé sans arrêt mon dossier sans un commentaire.. alors que l’autre personne m’avait comme toi bombardée de questions plus bête les unes que les autres.. mais des questions sur ma façon de travailler..
    Certes on est assmat, on aime notre travail, mais si on a choisi ce métier c’est pas pour aller bosser en structure (enfin tout du moins pour l’instant )..
    Bon aller ma belle soit fière de toi, fière de ton travail.. et tes Coccilous en ont totalement conscience ainsi que leur parent et c’est bien là le principal ..

    1. Tout à fait, je connais mon travail et j’en suis fière. Mon professionnalisme je le connais. 🙂

  2. Je vois que cela n’a pas changé depuis le temps que je l’ai passé quand j’étais ATSEM, 5 examinateurs, tous une tête d’enterrement, tout pour te déstabiliser, j’en menais pas large à l’époque.
    Je n’avais que 26 ans, j’en garde un mauvais souvenir. J’avais énormément bossé, je pensais même l’avoir raté, mais je l’ai eu. J’ai confiance en toi, tu fais du bon travail

    1. Merci Cathy pour ton commentaire ! Ca fait plaisir !
      Ayant de l’expérience derrière moi, je ne me suis pas laissée faire, mais c’est vraiment triste de se comporter ainsi. Il n’y a aucune pédagogie derrière, aucun intérêt envers la personne (jeune ou vieille) qui passe l’examen. Je me suis demandée à plusieurs reprises si le dossier a été lu. J’imagine les « jeunes » se faire descendre, quelle motivation vont-ils avoir ensuite ? surtout avec un niveau CAP ?! Se faire « dresser » pour aspirer à un boulot ? Tout le système de l’enseignement est à revoir… car s’afficher ainsi ne provoquera aucun engouement, ni aucune ambition pour un avenir professionnel. Une des raisons pour laquelle je n’ai pas souhaité retenter mon CAPES jadis, je ne rentrais pas dans le moule et ce n’était pas ce type d’enseignement et transmission du savoir que je voulais partager.

  3. Bonjour !

    Si je peux me permettre

    Quelque soit la ‘note’ obtenue, si cette expérience renforce votre détermination d’exercer selon votre cœur avec le respect et l’humanisme comme pré requis pour soutenir vos coccilous. Alors, malgré l’aspect désagréable, l’expérience est réussi
    Car les vraies récompenses sont : ´l’éclate totale avec mes Coccilous, la « liberté » des découvertes et… reprendre à fond Montessori !´

    Concernant le comportement de ces évaluateurs, malheureusement, il reflète notre société en termes de traitement de l’éducation de manière global de nos enfants. Seul le moule compte et pas l’individualite…
    De peur de dérives, tout autre comportement est rejeté, voir sanctionner
    Et puis, plus concrètement, ces personnes ont un grille d’évaluation à remplir pour ’noter’ Et une journée pour rencontrer x candidats
    Elles en oublient peut être la chance de pouvoir croiser, transmettre, orienter ces jeunes parcours de vie professionnelle.. tout simplement s’intéresser… quel dommage

    1. Merci Nelly pour le commentaire et les encouragements ! 🙂
      Ce sera bientôt de l’histoire ancienne et j’espère définitivement bouclée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.